Nouveautés

Waleed Al-Husseini, le résistant


Waleed Al-Husseini, essayiste, vit maintenant en France en tant que réfugié. Entre 2010 et 2011, à l'âge de 21 ans seulement, il était emprisonné et torturé pendant 10 mois par un service de police de l'Autorité palestinienne au nom du respect de l'islam. Le crime dont on le considérait comme coupable était d'avoir alimenté un blogue sur internet dans lequel il faisait la promotion de la libre-pensée, du rationalisme et de la critique des religions. Encore aujourd'hui, partout dans le monde musulman, des personnes sont arrêtées, torturées et bien souvent exécutées pour avoir osé remettre en question le dogme islamique. 

waleed al husseini

Dans son bestseller Blasphémateur publié en 2015 aux éditions Grasset, Waleed Al-Husseini dressait le récit de son incarcération dans les prisons de l'islam et nous faisait part de sa vision du monde. Dans son deuxième ouvrage paru récemment, Une trahison française, l'auteur engagé revient à la charge, mais cette fois-ci pour dénoncer la complicité qu'entretiennent certaines élites en France avec les islamistes.
Al-Husseini se fait sans appel: le pays qu'il a fait sien dans les dernières années n'est plus celui des Lumières. La France, qu'il s'imaginait encore fidèle à ses grands idéaux, se soumet de plus en plus à une religion qui ne vise rien d'autre que sa destruction.
-Advertisement-
Selon lui, non seulement la France voit ses valeurs constamment piétinées par le communautarisme, mais elle persiste à croire qu'elle pourrait avoir elle-même contribué à la montée des tensions par son passé colonialiste.
Waleed Al-Husseini est tout sauf naïf. Comme il aime à le rappeler à quelques reprises dans ce livre, l'utopie du vivre-ensemble ne pourra pas éternellement suffire à camoufler la réalité d'une société française au bord de l'éclatement. Selon lui, non seulement la France voit ses valeurs constamment piétinées par le communautarisme, mais elle persiste à croire qu'elle pourrait avoir elle-même contribué à la montée des tensions par son passé colonialiste.
Al-Husseini s'en prend d'abord à tous ces intellectuels qui s'emploient, par tous les moyens «scientifiques» possibles, à excuser la montée du terrorisme. La France doit interrompre son entreprise d'autoflagellation et les musulmans qui s'y trouvent doivent cesser de jouer constamment aux victimes. Avec beaucoup d'aplomb, le pamphlétaire bouscule les idées reçues propagées par certains médias et dans les universités. 

C'est dire que la rhétorique sociologisante ne tient plus la route: la pauvreté qui règne dans certains quartiers périphériques (les zones de non-droit) n'est plus un facteur déterminant dans la montée de l'extrémisme, d'autant plus que les pays comme l'Arabie saoudite et le Qatar, qui financent les organisations islamistes, sont extrêmement prospères.

Al-Husseini n'adhère pas au mythe du musulman opprimé: lui-même d'origine palestinienne, il est conscient que l'islamisme se nourrit d'abord du rejet de la modernité, que ce soit dans les pays occidentaux ou dans les pays orientaux. À l'inverse, l'expérience d'Al-Husseini suggère que c'est plutôt l'expansion de l'islam radical qui engendre partout la misère, cette religion étant fondamentalement opposée à toute forme de développement humain.

L'islamisme est une idéologie qui a pour objectif d'anéantir le monde libre, car elle le considère comme décadent, immoral, impur et sexuellement débridé. D'ailleurs, le dernier attentat de Manchester en témoigne: les intégristes ne supportent pas le rapport au corps entretenu en Occident. Le meurtre de plusieurs jeunes filles au concert de la chanteuse Ariana Grande s'inscrit dans cette logique purificatrice: pour les fondamentalistes, ces jeunes mécréantes devaient être abattues, car elles ne respectaient pas les commandements du prophète Mahomet en matière vestimentaire et sexuelle.

Le terrorisme islamiste vise à délivrer l'Occident de ses souillures, de sa prostitution. L'islamisme est un combat de fanatiques endurcis dirigé contre la Babylone de la Bible.
Waleed Al-Husseini montre aussi que la France n'est pas le pays raciste ou «islamophobe» qu'on aime dépeindre caricaturalement dans plusieurs milieux de gauche. Bien au contraire, la France est un pays très ouvert et universaliste où, jusqu'à récemment, les immigrants pouvaient véritablement s'intégrer.

Pour le résistant Al-Husseini, il ne tient donc qu'aux musulmans français d'adapter leur religion au monde moderne. Ce n'est pas à la France de se soumettre à l'islam, mais bien à l'islam de se soumettre aux lois de la République. Espérons que le nouveau président, Emmanuel Macron, comprenne cette urgente nécessité.

PAR Jérôme Blanchet-Gravel  Auteur du livre «Le retour du bon sauvage»
lire sure huffingtonpost.ca : Waleed Al-Husseini, le résistant

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

La voie de la raison Designed by La voie de la raison Copyright © waleed Al-Husseini

Fourni par Blogger.