Nouveautés

Témoignage de Wafa Sultan : le problème c’est l’islam


Wafah Sultan est née en Syrie dans une famille musulmane. Elle a pratiqué l’islam durant trente ans. Elle a aussi étudié le Coran à raison de deux heures par jour depuis son premier jour d’école jusqu’à l’obtention de son diplôme universitaire. Elle est diplômée en médecine de l’Université d’Alep. Wafah Sultan s’est spécialisée en psychiatrie et a travaillé dans ce domaine jusqu’à son départ, en 1989, pour les Etats-Unis.

Arrivée aux Etats-Unis, elle a enfin pu s’intéresser à l’islam de manière plus libre, loin de l’endoctrinement qui prévaut dans les pays musulmans, et notamment dans le sien. En Amérique, elle mènera ses propres recherches et pointera du doigt tout ce qui ne va pas dans l’islam. Docteure, ses recherches scientifiques ont consisté à comparer les sciences médicales, la psychiatrie, et ce que dit l’islam. Elle a aussi cherché des explications à l’arriération qui prévaut dans le monde islamique. Cherché à comprendre pourquoi aux Etats-Unis, alors qu’elle travaillait dans une station-service comme caissière, elle était mieux traitée qu’en Syrie où elle était psychiatre. Cherché à comprendre pourquoi elle était harcelée par ses collègues masculins en Syrie, dans un environnement médical et donc instruit et non aux Etats-Unis dans sa station-service. Elle a cherché à comprendre pourquoi en Syrie, elle devait demander la permission, en l’absence de son mari, à son frère cadet pour pouvoir sortir alors que ce dernier n’avait même pas fini ses études secondaires, etc.



Pour elle, ces éléments ne sont pas dus à des différences culturelles ou géographiques, mais religieuses. La croyance mène à certains comportements. Le Coran dicte certains comportements et notamment la manière de traiter avec les femmes. Le livre sacré des musulmans dit au verset 34 de la sourate 4 qu’il faut battre la femme qui ne suit pas les instructions de son mari :

« Et quant à celles dont vous craignez la désobéissance, exhortez-les, éloignez-vous d'elles dans leurs lits et frappez-les. »

Ses critiques de l’islam sont virulentes et elle démontre une grande connaissance des textes islamiques, à chacune de ses interventions dans les médias, lors des débats et dans ses livres. Son livre ‘’l’islam en question’’ est d’ailleurs disponible en français et peut être commandé sur Amazon. Nous allons reprendre ici quelques-unes de ses critiques à l’égard de l’islam et du Coran.

« Un islam modéré, ça n’existe pas »

Wafah Sultan s’étonne de l’utilisation de l’expression ‘’islam modéré’’ : « En Syrie, dit-elle, je n’ai jamais entendu parler d’un islam modéré ou d’un islam strict. Il n’y a qu’un islam et c’est l’islam dont je parle. Récemment, le premier ministre turc a aussi déclaré que ‘’islam modéré’’ était une expression horrible ».

« Arrêtez l’islamisation ! »

Il n’y a donc qu’un islam. Et pour Wafah Sultan, les valeurs de cet islam sont incompatibles avec les valeurs occidentales ». Il faut arrêter l’islamisation. L’islam n’accorde aucune valeur à la vie humaine : tuer et être tué au nom d’Allah et pour Sa gloire mène au paradis. Les érudits musulmans comme Ibn Kathir, dont l’exégèse du Coran est la plus répandue, le disent clairement en explication du verset 111 de la sourate 9.

« L’islam est une religion violente »


Pour Wafah Sultan, l’islam est vraiment une religion violente. Cette violence se retrouve dans le Coran mais aussi dans l’exemple laissé par Mahomet. Les huit dernières années de sa vie, Mahomet a été très violent. Il a attaqué des caravanes et des tribus mécréantes continuellement. Et ses massacres sont vantés dans le monde musulman car le Coran dit de lui qu’il est un « excellent modèle à suivre ». Elle se rappelle que dans sa Syrie natale, enfant, on lui racontait avec beaucoup de fierté que Mahomet avait tué 700 à 800 juifs en une seule attaque ou encore qu’il avait couché avec une femme, Safiya, alors qu’il venait tout juste de tuer son mari et d’autres membres de sa famille.

A la mort de Mahomet, il ne lui restait aucun opposant ou ennemi vivant. Il avait massacré tous ceux qui étaient contre lui. Et cela est rapporté dans sa biographie originale, rédigée quelques deux siècles après sa mort.


« A huit ans, dit-elle, si l’on me demandait : ‘’Préfères-tu un bonbon ou tuer un juif’’, je répondais : ‘’tuer un juif.’’ ».

« L’islam est un fascisme »

Pour Wafah Sultan, l’islam cherche à dominer, à soumettre et à détruire la société ‘’mécréante’’ occidentale. Le Coran et la Sunnah de Mahomet sont la preuve que l’islam veut dominer le monde. Pour illustrer le caractère fasciste de l’islam et de son livre sacré, elle cite un verset coranique : « Je vais jeter l'effroi dans les cœurs des mécréants. Frappez donc au-dessus des cous et frappez-les sur tous les bouts des doigts » (Coran 8 :12).


Elle ajoute: « le Coran est [valable] pour toute époque et tout lieu. Selon les musulmans, c’est la parole absolue d’Allah et tout musulman doit s’y conformer. Le procureur me dit que tous les musulmans ne se comportent pas selon le Coran et m’en demande la raison. C’est parce qu’ils ne connaissent pas suffisamment le Coran ».


Elle continue par expliquer que le Coran est écrit en arabe et que 80% des musulmans ne sont pas arabes. Pour elle, le Coran n’a jamais été traduit d’une façon correcte et honnête. Les traductions sont souvent plus douces – édulcorées, dit-elle – que le texte arabe original. Wafah Sultan rappelle aussi que le terrorisme est plus lié aux Arabes musulmans qu’aux autres Arabes, car les Arabes musulmans sont bien conscients de ce qui est écrit dans le Coran. S’ils appliquent strictement le message, cela peut conduire au terrorisme contre l’Occident. Elle donne l’exemple de certains pays comme l’Afghanistan qui n’a jamais connu le terrorisme avant que les ‘’moujahidines’’ arabes n’y arrivent. L’Indonésie suit la même voie et change de plus en plus, sous l’influence de prédicateurs arabophones.

« Le Coran est le Mein Kampf d’une religion qui cherche à éliminer les autres. »


Décrit comme fasciste, Wafah Sultan dit aussi que l’islam est bien pire que les autres fascismes car il s’agit d’un fascisme religieux. Pour elle, une idéologie politique est plus facile à surmonter qu’une idéologie politique emballée dans une idéologie religieuse telle que l’islam. Ainsi, elle explique que « le Coran est pire que Mein Kampf car Mein Kampf est un livre politique, alors que le Coran est un mélange de politique et de religieux ».


Wafah Sultan vit aujourd’hui dans la clandestinité et dit recevoir quotidiennement des menaces de mort. Ces menaces de mort lui parviennent écrits en arabe, souvent, et visent aussi ses enfants. Mais elle assume son combat : « J’étais consciente du prix que j’aurais à payer pour faire passer mon message. Pourtant, je suis heureuse de la vie que je mène ».

Wafah Sultan est certainement la femme Syrienne que le public occidental francophone se doit de connaitre.


Le Problème c'est l'islam - Wafa Sultan"Personne ne cherche les racines même du terrorisme, cette machine de lavage de cerveaux nommée: "islam".
 L'islam n'a jamais été mal compris. Car l'islam est en lui-même le problème"
Posted by Waleed Al-Husseini on Monday, August 24, 2015


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

La voie de la raison Designed by La voie de la raison Copyright © waleed Al-Husseini

Fourni par Blogger.