Le mot islamophobie, c’est la kalachnikov des islamistes !


Waleed Al-Husseini, Palestinien exilé à Paris, lutte avec acharnement contre l’islam. Il porte sur cette religion et ceux qui la propagent un regard impitoyable.

 

Ce Palestinien ne fait pas dans la dentelle. L’islam, son Coran et son prophète, il les exècre. Même moi, que l’on dit si hostile, j’avais de la peine à le suivre. Je sortais pourtant de la lecture de son deuxième livre, «Une trahison française. Les collaborationnistes de l’islam radical dévoilés», où il dénonce des faits connus: les complicités et démissions  de l’État, les méfaits des complices «de souche», ceux des intellectuels de gauche qui «ouvrent un boulevard» à l’islamisation. 
L’islam selon cet ex-musulman est fondé sur le racisme, le rejet des libertés, la violence. Être musulman et croire aux textes, c’est même pour lui se situer déjà au seuil du terrorisme.

Ce Palestinien de Cisjordanie devenu athée a eu l’audace de critiquer l’islam en public. Or, chez les «résistants» palestiniens, on ne barguigne pas avec la religion. Emprisonné pour «blasphème contre l’islam», Waleed a réussi à gagner la France avant son procès. Il raconte cette trajectoire dans un premier livre, «Blasphémateur! Les prisons d’Allah».

Depuis son refuge français, il poursuit la lutte. Il a créé le Conseil des ex-musulmans de France. Plus de 30000 internautes sont abonnés à son compte Twitter. Un réseau idéal pour cet amateur de convictions… tranchantes.

- Vous écrivez que Daesh est «à 100% musulman». En quoi?
Ils ont fait ce que Mahomet a ordonné, ils ont fait ce que les fondateurs de l’islam ont fait, ils ont fait exactement ce qui est écrit dans le Coran et les hadiths. Sauf sur un point: ils couvraient les femmes qu’ils vendaient comme esclaves, alors que selon Mahomet et l’islam, elles devaient être nues.

- Le dogme, le statut du Coran (incréé, parole directe de Dieu) et de Mahomet sont-ils à la source du radicalisme et du jihadisme ?
Oui, bien sûr! Il y a beaucoup de versets dans le Coran qui parlent du jihad et dont la signification en arabe est claire: le jihad, c’est la guerre. Le mensonge qui a cours en Europe, selon lequel l’islam ne serait pas compatible avec le jihad, n’existe pas dans le Coran. Le mot «jihad» y apparait 41 fois et le mot «tuer» 96 fois. Les hadiths aussi parlent beaucoup de jihad et de tueries, de tuer les non-musulmans.
C’est un grand problème pour les musulmans, car ils ne peuvent pas dépasser ces versets et hadiths s’ils croient que le Coran est un livre valable pour tous les temps et partout. Pour moi, celui qui croit cela est un terroriste et un jihadiste en puissance.

- Les mosquées et centres «culturels» sont-ils des diffuseurs du radicalisme?
Bien sûr, c’est l’un des principaux lieux de radicalisation en Europe, car la plupart de ces mosquées sont fondamentalistes.  Elles enseignent le Coran, pratiquent le lavage de cerveau, utilisent toutes sortes de moyens comme la question de la Palestine et celle de la Syrie pour attiser la haine.
Ce qu’on appelle «centre culturel» sert à convertir les gens à l’islam ou à radicaliser les musulmans. Une bonne partie de ces centres sont contrôlés par les Frères musulmans, dont on connait les objectifs. Pour être clair, je ne suis pas contre les centres culturels en général quand ce sont de vrais centres culturels.

- Considérez-vous que le salafisme «quiétiste» ou les Frères musulmans qui ne sont pas favorables au jihad, sont eux aussi dangereux?
Le problème n’est pas seulement le jihad, mais aussi le fondamentalisme. Et le fondamentaliste n’est pas seulement celui qui possède des armes. Le fondamentalisme est dans les esprits. Ces gens qui veulent faire passer leurs valeurs archaïques dans la société moderne, ces gens qui ne croient pas à l’égalité entre humains sont des fondamentalistes et c’est ce que les Frères musulmans font: ils veulent que le foulard se répande partout, ils veulent aussi des commerces halal, etc. Ils veulent l’islamisation de la société. Et si vous n’êtes pas d’accord, ils vous traiteront d’islamophobes. Et lorsque les djihadistes attaquent, ils disent eux aussi que c’est à cause de l’islamophobie.
Donc les fondamentalistes et les jihadistes sont complémentaires, ils poursuivent le même but.




- Vous êtes très critique sur les revendications religieuses : niqab, burkini, halal, prières au travail, et en particulier le foulard. Quel rôle jouent-elles?
Tout cela permet aux islamistes de montrer leur pouvoir et d’augmenter le communautarisme pour créer des mini-sociétés où ont cours les valeurs islamiques. C’est qui se passe dans beaucoup de zones en France et en Europe.
- En 2009, les citoyens suisses ont interdit les minarets et dans un an, ils vont voter et probablement interdire le niqab. Qu’en pensez-vous ?
J’approuve, bien sûr! Le niqab en particulier n’est pas seulement un problème religieux et un symbole sexiste, il concerne aussi la sécurité. Avec un niqab, vous pouvez faire plein de choses, l’utiliser pour voler, voire commettre un attentat. Porter un niqab pour commettre des crimes, ça arrive régulièrement dans les pays arabes.

- Que pensez-vous de l’expression «musulman modéré» ou «islam du juste milieu» dont se réclament beaucoup de leaders religieux?
Un islam modéré ça n’existe pas, l’islam n’est jamais arrivé à la modération, car les musulmans n’ont jamais soumis le Coran et les hadiths à la critique. Et lorsque vous voyez des musulmans qui boivent de l’alcool ou qui sont sympa, ce sont simplement des musulmans qui boivent de l’alcool ou qui sont sympa, cela ne dit rien sur leur degré de modération.
Par exemple, un des terroristes qui ont attaqué à Paris le 13 novembre 2015 fréquentait les bars et prenait même des drogues. Dons, si vous rencontrez ce genre de musulmans à ce moment, est-ce que ce sont des musulmans modérés? Certainement pas.
Le fondamentalisme emplit les esprits, c’est le problème avec l’islam et ses textes. C’est pourquoi nous aurons toujours ces difficultés si nous ne critiquons pas l’islam. Les musulmans doivent changer leur regard sur leurs textes pour les considérer comme des livres historiques.

- Comment expliquer le silence des musulmans qui se sont adaptés à la modernité et à l’humanisme occidentaux? Représentent-ils la majorité?
Comme je l’ai dit, ce ne sont pas des musulmans modérés, ce sont simplement des personnes sympathiques et aimables, rien d’autre. Certains ne pensent pas à tuer, mais ils prient Allah afin qu’il tue les kouffars (non-musulmans). Si vous êtes musulman, vous vous devez d’être d’accord avec tout cela, car c’est dans les textes…
Ne soyez pas dupes des discours des imams affirmant que les djihadistes ne comprennent pas l’islam. Ces gens, je leur demande: «Montrez-moi ce que les djihadistes ne comprennent pas, et discutons…» Ils ne répondent jamais. Tous les musulmans étaient opposés à Charlie Hebdo et certains ont manifesté en réclamant l’assassinat des journalistes. D’autres ont attaqué le journal en justice. Ils ne respectent pas la liberté d’expression.  





Avec l'imam Chalghoumi, et Boualem Sansal
- Avez-vous des contacts avec d’autres ex-musulmans qui militent contre l’islam et ses prosélytes en France et en Europe? Est-ce qu’une union est souhaitable et possible?
 
Oui, nous avons diverses alliances, car la lutte des ex-musulmans est un autre combat. Vous savez qu’il existe des appels à nous tuer, en France, et même par des imams.
 
- Comment jugez-vous le terme «islamophobie» ?
C’est la kalachnikov des islamistes en Europe, ils essaient par ce terme de tuer dans l’œuf toute critique de l’islam et des valeurs islamiques. C’est une fatwa moderne pour les sociétés modernes, pour nous réduire au silence, nous faire craindre de parler. C’est la principale arme qui permet à leur projet de progresser.
 
- Pensez-vous qu’une réforme de l’islam est possible?
Aujourd’hui, c’est impossible. C’est ce que j’explique dans mon livre « Une trahison française ». Les islamistes voient leur pouvoir grandir et n’ont pas la moindre envie de réformer l’islam. Le mot « réforme » est péjoratif, car il sous-entend que quelque chose serait mauvais dans l’islam, alors que pour eux il est parfait! Parler de réforme aves des musulmans aujourd’hui, c’est comme à l’époque parler de réforme à des nazis alors qu’ils étaient en train de gagner la deuxième guerre mondiale.
 
- Quels remèdes voyez-vous à la situation actuelle en France? Est-ce que les lignes bougent, notamment à gauche?
La solution est de cesser de se voiler la face et de reconnaitre les problèmes réels. Des gens de gauche commencent à comprendre la situation. Certainement pas la majorité, mais j’ai l’espoir qu’ils seront nombreux à prendre conscience du danger.
 
- Comment voyez-vous votre avenir personnel?
Je serai tué. Je vis avec cette idée… mais ça m’est égal!


par : Mireille Vallette

 

1 commentaire:

  1. Respect à vous Waleed.Que le bon dieu ou la providence vous protège. Le monde à besoin de vous. Restez comme vous êtes mais soyez très prudent.

    RépondreSupprimer