Comment peut-on encore prétendre que l'islam est une religion de paix et d'amour?

Waleed Al-Husseini a tout juste 28 ans et une vie déjà bien remplie. Auteur de deux ouvrages, Blasphémateur ! Les Prisons d’Allah (éditions Grasset, 2015), et le dernier Une trahison française : les collaborationnistes de l’islam radical dévoilés (éditions Ring, 2017) qui a fait beaucoup réagir, il a accepté de répondre aux questions d’Eric Muth pour le magazine L’Incorrect. Rencontre avec un personage sulfureux et controversé dans le monde arabo-musulman.






Vous êtes essayiste et écrivain athée palestinien. Arrêté en 2010, emprisonné et torturé en raison des articles que vous avez publiés sur votre blog. Des critiques envers l’islam. Comment avez-vous réagi face à cette violence ?

Au tout début de mon arrestation, ma certitude n'a fait que croître concernant ma critique envers l'islam et les islamistes. En effet, ce fut une preuve tangible de leur barbarie et terrorisme, sans même parler de ce que j'avais relevé comme atrocités dans les livres d'histoire islamique. J'ai commencé par la suite à vivre ce que je lisais et ce que je dénonçais dans mes écrits, en langue arabe, à travers mon blog.
Quand je suis sorti de prison et que je suis arrivé en France, j'ai rapidement constaté ce que font les islamistes, j'ai décidé donc de les critiquer et de les déshabiller en quelques sortes, en pointant du doigt leurs méthodes et leurs pratiques suivies pour islamiser la société, que ça soit une islamisation de manière douce, ou de force. Les islamistes et les intégristes ont démoli mon pays et celui de mes ancêtres, je ne peux pas leur permettre de faire de même en France, le pays de mes enfants.
Je resterai toujours un soldat de la liberté, même si mon sort est peut-être la mort un jour. Ce que je vis aujourd'hui est un temps additionnel dans ma vie, et j'ai décidé de le dédier à la liberté.

Devenu critique et dissident – vous avez fait l’objet de polémiques et de menaces. Est-ce encore le cas actuellement ?
J'ai toujours été au centre des polémiques, sachant que je ne fais qu'analyser et montrer du doigt les méthodes des islamistes, car je les connais pertinemment. J'ai vécu parmi eux et je comprends leur mode de fonctionnement et leurs méthodes.
Concernant les menaces, elles sont innombrables et ne font que croître, que ce soit sur les réseaux sociaux, auxquelles je n’accorde aucune importance, car je sais que celui qui veut me tuer ne vas pas me le dire, mais ce qui me dérange, c'est la quantité d'insultes que je reçois et qui m'obligent à désactiver mon compte parfois
Pour ce qui est des menaces dans la vie réelle, ça va de la violence verbale dans la rue jusqu'à demander mon lieu de résidence. C'est pour cela que j'évite plusieurs endroits en région parisienne majoritairement islamiques, pour éviter les problèmes de ce genre.

Un musulman qui renie l’islam est un mécréant et mérite la mort. Mais un athée comme vous devait subir le même sort ?
Concernant les musulmans qui souhaitent renier l'islam, leur sort est clair selon les textes religieux dans le coran et dans les "hadiths" (ce qui est reporté sur le prophète) : La mort. Nous pouvons constater que ces peines existent toujours dans plusieurs pays islamiques qui appliquent la charia comme l'Arabie saoudite ou l'Iran. Il y a plus de 15 pays musulmans qui appliquent cette peine. Concernant le reste des pays, c'est majoritairement la prison. Et c’est ce que j'ai vécu sous le régime de l'autorité palestinienne.

Qu’est-ce qui vous dérange le plus dans l’islam puisqu’il est considéré comme une religion de paix et d’amour ?
Si c'est une personne non musulmane qui prétend cela, ça me dérange beaucoup. En effet, ce qui me dérange, c'est l'aveuglement. Après tout ce nombre de victimes en France, comment peut-on encore prétendre que l’islam est la religion de la paix et de l’amour ? N'a-t-on toujours pas compris que partout où l'islam est arrivé, la démolition et la barbarie arrivent avec ? Regardez ce qui s'est passé en Irak et en Syrie, une démolition quasi-totale. Jetez un coup d'œil sur les pays qui adoptent l'islam comme religion d'Etat, comme c'est le cas dans la majorité des pays musulmans, concernant des sujets comme les droits de l'Homme, la situation de la femme, les libertés. Ces pays-là sont en bas de l'échelle. Est-ce difficile de constater cela ?
Si c'est un musulman qui présume cela, c'est seulement le résultat du lavage de cerveau dont il a été victime. Il suffit de réfléchir un peu et de relire, même rapidement, l'histoire de l'islam depuis son avènement (le prophète et ses prédécesseurs) jusqu'à nos jours. C'est un bain de sang permanent. Que des tueries et des guerres entre musulmans déjà pour le pouvoir, avant de commencer les conquêtes, qui ont été d'une barbarie absolue. Il est très important de rappeler que la majorité des califes ont été tués violemment et de surcroit par des musulmans.
L'histoire de l'islam, c'est le sang, les génocides, les conquêtes, la domination et la soumission de l'autre. Je me pose toujours la question, comment on a pu l'appeler religion de paix ? En vérité, ce n’est pas la religion de la paix, mais celle de « repose en paix ».

Sur votre blog, de très nombreux musulmans et musulmanes osent dénoncer et écrire l’impensable sur les pratiques « sadiques » de l’islam radical. C’est dire qu’une grande majorité renie comme vous ce qui ne serait pas une religion mais un grand mensonge ?

Ils ne sont plus musulmans. Ils ont quitté cette religion après avoir découvert la vérité de cette religion. C'est pour cette raison qu'ils parlent de leurs souffrances et de leurs recherches qui les ont menés à la vérité.
Certainement, et je peux vous le confirmer, au sein de chaque famille musulmane dans les pays musulmans, il y a une personne qui a quitté l'islam, mais qui n'ose pas le dire, par peur des représailles. Et pas uniquement dans les pays musulmans, ce phénomène se produit aussi en France ! C'est pour cette raison que beaucoup vivent leur athéisme de manière individuelle sans le revendiquer, avec ce que ça engendre comme souffrance et conflit avec sa famille, qui lui impose de pratiquer la religion. Je connais beaucoup de françaises athées mais qui portent le voile par peur, ou même des athées qui font semblant de jeuner pendant le mois du ramadan parce qu'ils vivent dans des familles musulmanes. Pire encore, beaucoup utilisent de faux comptes sur internet pour revendiquer leur athéisme et pour parler librement. L'emprise de l’islam est grande et malheureusement importante.

Aquila, jeune femme algérienne, réfugiée en France, a publié un ouvrage assez virulent sur l’islam « Pour un Monde sans Islam ». Oseriez-vous, comme elle, être si radical ?

Je n'aime pas le mot radical quand il s'agit d'une cause et que les raisons sont nobles et quand il s’agit de militer pour la liberté. Pour répondre à la question, c'est ce qu'elle souhaite elle, mais me concernant, je rêve d'un monde sans religions, parce que je suis vraiment fatigué de toutes ces guerres religieuses depuis l'avènement de l'humanité, beaucoup sont morts au nom de Dieu. Ça reste bien évidemment des rêves. La réalité est toute autre. Il y a des gens qui ont besoin de croire dans leur vie, le fait de croire représente pour eux est une forme d'espoir.
Je souhaite bien sûr l'interdiction de toute forme d'islam politique et de sa pratique. Il faut aussi fermer tous les centres islamiques qui radicalisent la société. L'islam doit être une relation privée entre le musulman et son Dieu, et non pas une relation de groupe comme c'est le cas aujourd'hui.

Vous vivez désormais en France, pourquoi ce pays, vous sentez-vous plus en sécurité ? Comment réagit le gouvernement français, les hommes politiques, face à votre détermination ?
Parlons d'une manière franche. Comme je l'ai bien évoqué dans mon premier livre, choisir la France était essentiellement pour avoir une certitude de ne pas perdre de temps après s'être enfuit de la Palestine. Michèle Alliot-Marie avait parlé de moi à plusieurs reprises et avait demandé aux autorités palestiniennes de me relâcher. Mon combat était connu en France et il était plus facile pour moi d'obtenir le statut de réfugié. C'est en gros les raisons pour lesquelles j'ai choisi la France. Et honnêtement, je suis vraiment chanceux d’avoir pu me réfugier en France, ce grand pays ! Par contre, concernant ma sécurité, ma vie est toujours en danger, je suis sous protection policière et sous les menaces de mort.
Pour ce qui est de la réaction des politiciens et du gouvernement français, je n'ai aucun contact avec le nouveau gouvernement, et je crois qu'ils pensent que je suis un laïc radical, et donc, ils m'évitent. J'ai beaucoup de soutiens de plusieurs politiciens et penseurs, qui ont bien compris la nécessité de combattre l'islam politique. Ils sont connus de tous.

Vous êtes l’auteur d’une autobiographie «  Blasphémateur ! Les prisons d’Allah » parue chez Grasset en 2015 – et un second livre « Une trahison française » dénonçant les « collaborationnistes de l’Islam radical ». N’y allez-vous pas un peu fort et comment réagit la classe politique ?

C'est ce que je viens de dire précédemment. Beaucoup pensent que je vais très loin. Mais c'est la situation en France qui est grave et qui exige un véritable sursaut ! La France avant et après attentats n'est pas la même, le narcissisme islamique ne cesse de croitre. Ils amplifient tout. Pire, beaucoup d'intellectuels et de politiciens ont de la sympathie pour les islamistes. Les exemples ne manquent pas, vous pouvez en trouver des centaines. Il suffit de jeter un coup d'œil sur les médias qui affichent clairement leur défense des islamistes en essayant de les blanchir, en les défendant et en justifiant leurs actes barbares. Encore plus loin, beaucoup d'écrivains, d’intellectuels et de journalistes se sont trouvés un nouveau métier : Combattre ceux qui critiquent l'islam politique en les taxant de racisme et d'islamophobie, ce qui donne incontestablement une force folle au politiquement correct, qui est en réalité l'islamiquement correct !
J'ai fait exprès d'employer ce mot qui était employé pour ceux qui aidaient les nazis, car le nazisme et l'islam politique font un. Pire encore, la manière avec laquelle nous nous comportons avec l'islam politique est similaire à la manière avec laquelle nous nous comportions avec le nazisme juste avant la guerre en attaquant ceux qui critiquaient le nazisme. L'histoire se répète avec une nouvelle forme de nazisme. Ce qui est triste, c'est que la France cède, ne fait rien et donne la chance à ceux qui défendent ces nouveaux barbares. C'est pour cette raison que j'ai écrit "une trahison française", qui est un livre différent du premier, qui était une autobiographie.

Qu’attendez-vous du président de la République française Emmanuel Macron face au danger que vous dénoncez ?

- J'attends de lui beaucoup. Déjà j’espère qu’il comprenne qui sont les islamistes, ce qu'ils veulent, comment ils travaillent, mais aussi, il ne faut pas qu'il leur fasse confiance, ni à leurs discours trompeurs. Je ne peux cacher ma déception. Je vois que Monsieur Macron est dans la continuité de François Hollande. Aucune action concrète pour combattre réellement l'islam politique. Ne faut-il pas trop lui en vouloir parce qu'il est un adepte de l'ultra-multiculturalisme ? C'est aux français d’en juger et j'espère que ça ne sera pas au détriment des vies innocentes. Je ne parle même pas de l'islamisation douce de la société. Il doit être vigilent, mais jusque-là il ne semble pas l’être, et c'est grave !


Pourquoi, à votre avis, confondons-nous souvent arabe et musulman ?
Les premiers immigrés arrivés en France parlaient l'arabe, sachant qu'ils sont originaires d’Afrique du nord, qui est à la base berbère. De plus, le lien fort entre la langue arabe et l'islam comme religion est une raison essentielle. Le coran est arabe, pour prier, c'est en arabe aussi, que vous soyez arabe, turc, perse ou sénégalais ! Aussi, il ne faut pas négliger le rôle des frères musulmans dans cela. En effet, ils ont toujours lié l'islam à l'arabité et au coran, sachant que c'est une langue culturelle qui a existé bien avant l'islam. Il y a aussi les médias qui ont favorisé cette image qui demeure ancrée dans la tête des gens, comme quoi l'arabe est musulman et le musulman est arabe. C'est une absurdité absolue ! Je vous rappelle que tous les arabes ne sont mas musulmans (il y a les maronites au Liban, les coptes en Egypte, qui sont arabes mais pas musulmans. Il y a aussi des juifs arabes…) Et surtout, il faut savoir que les arabes musulmans sont minoritaires dans l’islam, face aux Turcs, aux Perses et aux musulmans de l’Asie du sud-est… C’est un amalgame bien entretenu et malheureusement très répandu et qui est très préjudiciable.

Vous êtes le fondateur et président du Conseil des Ex-Musulmans de France. Quel est son rôle ? 
Lors de la création du CEMF, nous avons mis sur la table plusieurs objectifs comme la défense de la laïcité, la liberté d'expression, la liberté de "quitter l'islam". Mais après avoir faire le diagnostic de la situation actuelle, qui est dangereuse, nous nous sommes donnés d'autres priorités : Le combat des islamistes, montrer du doigt le danger de l'islam politique, le danger dans lequel nous vivons. Nous voulons montrer au monde qu'il y a encore des musulmans qui quittent l'islam, qui n'ont pas peur, qui défendent la laïcité. Nous voulons appuyer ceux qui quittent l'islam pour qu'ils ne se sentent pas seuls, et les aider en cas de besoin....

2 commentaires:

  1. J'ai une connaissance très superficielle de l'Islam. Mais d'après ce que j'en ai compris, il y a Allah d'un côté et la création de l'autre.

    D'autre part, grâce à la physique quantique, on a compris que la matière c'est de l'énergie, que l'énergie c'est de la conscience et que finalement, seule la conscience existe.

    Si la création c'est de la conscience, que seule la conscience existe et qu'Allah est distinct de la création, alors comment et où peut-il exister?

    Je suis d'accord que les gens aient le droit de croire n'importe quoi, mais aucune loi ne peut faire exister ce qui n'existe pas.

    RépondreSupprimer
  2. Je propose à Waleed Al Husseini qu'il prépare, en coordination avec d'autres ex musulmans et des non musulmans favorables à la cause un rapport exhaustif à destination du président de la république, des ministres, de l'assemblée, du sénat et de tous les conseils divers et variés qui peuplent le monde politique, de Bruxelles, de tous les medias de France et aussi de la presse étrangère. Il faut dire officiellement à toute la France que de plus en plus de musulmans quittent l'islam et ce dans le monde entier (en surfant sur les sites US et UK on peut profiter de l'expérience d'ex mus du Pakistan, Afghanistan, Yemen, Arabie, Indonésie, Inde etc - leurs témoignages sont édifiants et précieux).
    Waleed j'aime votre combat (un vrai djihad pour le coup!), mais ne les laissez pas vous assassiner, unissez-vous à d'autres apostats de France, d'Europe et du monde. Il faut que le mouvement fasse boule de neige pour devenir crédible.

    RépondreSupprimer